Surveillance de la Qualité des Eaux de Baignade

Contexte

Les rivages du Maroc s’étendent sur 3500 km sur ses deux façades atlantique et méditerranéenne. Attractif, riche et très convoité, le littoral Marocain subit différentes formes de dégradation et de déséquilibres liés en grande partie à l’activité humaine : pressions urbaines, industrielles et touristiques qui lui confèrent une grande vulnérabilité écologique.

La prise en compte des limites et des potentialités de cet écosystème est plus que jamais d’actualité, puisque la viabilité de certains secteurs clés de l’économie nationale dont la pêche et le tourisme, en dépend étroitement.

C’est dans cette optique que, depuis 2002, le Département de l’Environnement et celui de l’Equipement menaient conjointement, dans le cadre d’un protocole d’accord bilatéral, le Programme National de Surveillance des Eaux de Baignade le long des côtes atlantique et méditerranéenne du Royaume.

A partir de 2017, ce programme est mené unilatéralement par le Département de l’Environnement via son Laboratoire National des Etudes et de la Surveillance de la pollution.

Organisation de la surveillance de la qualité hygiénique des eaux de baignade

Les eaux de baignade des plages intégrées dans ledit programme, font chaque année l’objet d’une surveillance des paramètres bactériologiques du mois de Mai jusqu’au mois de Septembre avec une fréquence de prélèvement bimensuelle.

Les sites de surveillance sont choisis en fonction de l’importance de la fréquentation, de la nature des lieux (Relief, forme du rivage, …) et des risques particuliers de pollution pouvant exister (rejet d’eaux usées, embouchures de rivières, ports, etc.).

L’évaluation de la qualité des eaux de baignade des plages surveillées, porte sur la recherche des paramètres microbiologiques, conformément aux normes marocaines en vigueur (NM 03.7.200 et NM 03.7.199).

Norme NM 03.7.199 relative à la gestion des eaux de baignade

La politique nationale concernant les eaux de baignade revêt une importance confirmée au fil des saisons balnéaires, puisqu’elle permet de protéger le public des pollutions qui surviennent de façon accidentelle ou chronique à l’intérieur et aux abords des zones de baignade.

La conformité à la présente norme devrait être une question de dispositions appropriées de gestion et d’assurance de la qualité et non simplement de calcul et de mesure. L’instauration d’un mécanisme de profils des eaux de baignade est donc appropriée pour permettre une meilleure compréhension des risques en vue de prendre des mesures de gestion et avec une large communication au public.

La norme marocaine NM 03.7.199 fixe des dispositions en ce qui concerne :

  • La surveillance et le classement de la qualité des eaux de baignade analyse selon les normes en vigueur et le calcul statistique sur la base des résultats des 4 années successives des paramètres indicateurs de contamination fécale à savoir (E.coli et Entérocoques intestinaux) ,
  • La gestion de la qualité des eaux de baignade, et
  • La fourniture au public d'informations sur la qualité des eaux de baignade.

Supports de Communication et Sensibilisation

La publication annuelle du rapport national sur la surveillance de la qualité des eaux de baignade témoigne de l’engagement du Ministère à réduire la vulnérabilité écologique de nos plages. En informant les décideurs et les estivants sur la qualité hygiénique des côtes atlantique et méditerranéenne du Royaume, ce rapport contribue à la préservation du littoral marocain des pressions urbaines et industrielles à la viabilité des secteurs clés de l’économie nationale qui en dépendent, la pêche et le tourisme.

Ainsi, au début de chaque saison estivale une conférence de presse pour communiquer autour des résultats dudit programme est organisée et des bulletins d’informations sont établis et transmises aux collectivités locales pour affichage au niveau des plages afin de sensibiliser les baigneurs et d’une manière régulière, de la qualité des eaux de baignades.

Aussi, Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution (LNESP) déploie tous les moyens pour assurer la gestion et communiquer autour des résultats de la qualité des eaux de baignade. Ainsi, un système d’information a été développé et des supports de communication sont élaborés, notamment :

  • Un site web du laboratoire, qui représente une plateforme d’information des estivants et du grand public sur la qualité des eaux de baignade et permettant aussi le téléchargement des bulletin d’affichage par les des gestionnaires des plages dans le but de les afficher au niveau des plages pour informer les estivant.
  • Également une application « iPlages » a été développée permettant aux baigneurs de s’informer en temps réel non seulement sur la qualité des eaux de baignades, mais aussi sur d’autres données relatives aux plages tels que l’accessibilité, les infrastructures et les fréquentations.

Veuillez consultez la rubrique « Publications » pour visualiser les différents rapports publiés ces dernières années.

Profils des Plages

Les profils consistent à identifier les sources de pollution susceptibles d’avoir un impact sur la qualité des eaux de baignade et d’affecter la santé des baigneurs et à définir, dans le cas où un risque de pollution est identifié, les mesures de gestion à mettre en œuvre pour assurer la protection sanitaire de la population et des actions visant à supprimer ces sources de pollution. Il existe 3 types de profils, du plus simple au plus complexe :

  • Profil de type 1 : Le risque de pollution de l’eau de baignade n'est pas avéré ;
  • Profil de type 2 : Le risque de contamination est avéré et les causes sont connues ;
  • Profil de type 3 : Le risque de contamination est avéré et les causes sont insuffisamment connues.
Phase Contenu Type 1 Type 2 Type 3
Phase 1 : Etat des lieux Description de la zone de baignade x x x
Synthèse de la qualité des eaux de baignade x x x
Météorologie x x x
Inventaire des sources de pollution x x x
Phase 2 : Diagnostic Caractérisation des sources de pollution x x
Modélisation mathématique x
Phase 3 : Mesure de gestion Définition des mesures de gestion proactive x x x
Plan d'action x x x

Les principales sources de pollution identifiées sont :

  • les dysfonctionnements au niveau des réseaux d’assainissement (pompes, réseaux unitaires, raccordement illicites dans les réseaux pluviaux…) ;
  • les apports de pollution lors des orages en saison estivale ;
  • les pollutions accidentelles

Des plans de gestion visant la protection préventive des baigneurs ont été proposés, ils consistent à organiser les interventions en cas de pollution et la production d’outils simples de gestion de ces pollutions.

Pour visualiser les maquettes des Plans d’Actions issus de ces profils des plages , veuillez consulter le dossier correspondant dans la rubrique « Publications »

Apport du programme de la qualité des eaux de baignade

Label "Pavillon bleu"

L'écolabel "Pavillon bleu" est une reconnaissance internationale, son obtention par une plage donnée est tributaire de la conformité de l'aménagement et de la gestion des plages mettant en exergue des critères à respecter portant sur l'environnement général, la gestion de l'eau, la gestion des déchets et l'éducation à l'environnement.

Depuis 2002, ce programme piloté par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement a connu une évolution notoire soutenue par les progrès du programme phare de la fondation ″Plages Propres ″. L'objectif étant de labéliser le maximum de plage afin de hisser notre patrimoine balnéaire au rond des standards internationaux.

L'écolabel ″Pavillon bleu ″ a été décerné conjointement par la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l'Environnement sous la présidence de SAR La Princesse Lalla Hasnaa et la Fondation Internationale pour l'Education à l'Environnement (FEE) à 22 plages parmi les 89 inscrites en 2016 dans le programme national «Plages Propres ».

Surveillance de la qualité du sable

Les déchets marins ont des impacts sur l'environnement et la santé humaine. Ils affectent tous les compartiments du milieu (fonds marins, surface, colonne d'eau, littoral) et les organismes marins. Cet impact peut être divisé en trois catégories: l’impact social (réduction de la valeur esthétique, salubrité publique), l'impact économique (coûts pour le tourisme, dommages aux navires, pertes d'opérations de pêche, coûts de nettoyage) et l'impact écologique (mortalité ou des effets sub-létaux sur les plantes et les animaux par étranglements ou étouffements, captures dans les filets abandonnés, dommages physiques et l'ingestion, libération de produits chimiques associés, supports aux espèces invasives et altération de certaines communautés benthiques).

Conscient de ces impacts et les risques liés à la présence de contaminants de différents nature (mycologique, déchets marins, …), la surveillance de la qualité du sable, y compris les déchets marins des plages, a fait l’objet d’activités de suivi depuis 2018. Cette surveillance a concerné environ 60 plages en 2020.

Ainsi, cette composante consiste à la réalisation des campagnes de prélèvement du sable pour analyses mycologique (différents dérmatophytes) au niveau du sable en vue d'évaluater leur qualité hygiénique.

Egalement, pour répondre aux engagements régionaux notamment de la Convention de Barcelone ratifiée par le Maroc, ces plages ont fait l’objet d’une caractérisation et identification des déchets marins des plages en vue de contribuer à la mise en œuvre du Plan régional sur la gestion des déchets marins (PRDM) en Méditerranée. Cette surveillance est opérée conformément aux procédures internationales, notamment les méthodes et les directives du PAM/PNUE relatives à la surveillance des déchets marins.

En parallèle, et pour mieux sensibiliser davantage sur la problématique des déchets marins, la coordination nationale du programme MEDPOL relevant du SEDD a conclu 2 conventions de partenariat pour la réalisation, en 2019, de 2 projets pilotes avec des associations opérant sur la Méditerranée. Le premier projet intitulé "Adopter une Plage" a concerné 4 plages (Merkala (Tanger), Amsa (Tétouan), Sabadia (Al Hoceima et Miami (Nador)) et le second "Pêche aux Déchets" au niveau du port de pêche de Fnideq.

Programmes de Surveillance de la pollution tellurique et marine en Méditerranée

La pollution de la mer Méditerranée par les sources terrestres et maritimes et d’autres activités est l'un des problèmes majeurs qui menacent le bassin méditerranéen. Par conséquent, la surveillance de la pollution est considérée parmi les approches les plus importantes pour réduire la dégradation continue de la Méditerranée et contribuer au processus du développement durable. Le Programme MED POL, composante d'évaluation et de maîtrise de la pollution marine du PAM, est responsable du suivi des travaux liés à la mise en œuvre du Protocole tellurique ou "Land-Based Sources (LBS)", Protocole "immersions" et le Protocole "déchets dangereux".

En vertu de ladite convention et son Protocole LBS, toutes les Parties Contractantes (PC) sont tenues d'établir des Programmes de Surveillance de la Pollution et de désigner les autorités compétentes qui en sont responsables. Ces programmes de surveillance doivent viser les buts suivants :

  • Évaluer systématiquement, dans la mesure du possible, les niveaux de pollution le long des côtes des Parties contractantes ;
  • Fournir régulièrement des informations à cet égard ;
  • Évaluer l'efficacité des plans d'action, des programmes et des mesures mis en œuvre au titre de ce Protocole afin d'éliminer, dans la mesure la plus large possible, la pollution de l'environnement marin.

Le Maroc, comme la plupart des pays méditerranéens, s’est engagé dans la mise en œuvre des décisions issues des Conférences des Parties de la Convention de Barcelone, notamment celles liées à la mise en œuvre du Protocole "tellurique".

Dans cette optique, il veille à la surveillance de ses côtes méditerranéennes en participant à la surveillance de la mer méditerranée par le biais d’un réseau national composé de : Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution (LNESP) relevant du Département de l’Environnement, l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH), l’Institut National d’Hygiène (INH) et l’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable-Branche Eau.

Avec l’adoption de la décision IG. 22/7 du PAM/PNUE relative au Programme de Surveillance et d’Evaluation Intégrées (IMAP) de la mer et des côtes méditerranéennes, et afin d’honorer les engagements du Maroc en vertu de la Convention de Barcelone, le Programme National de surveillance MED POL a été révisé et composé de deux volets :

  • Premier volet : Programme de surveillance de la Pollution Tellurique (Programme National de Surveillance MED POL) ;
  • Deuxième volet : Programme IMAP qui permettra d’effectuer une surveillance, dans le milieu marin, de l’eutrophisation et des contaminants (y compris les biotes et les sédiments marins) ainsi que la surveillance des déchets marins.

Premier volet : Programme de Surveillance de la pollution tellurique (MEDPOL)

Ce Programme concerne, la surveillance de la pollution tellurique des apports fluviaux et des rejets (eau et sédiments), afin d’évaluer l’impact de la pollution tellurique sur les côtes méditerranéennes. Il concerne deux types de stations de prélèvement des eaux et des sédiments. Il s’agit des stations de prélèvement au niveau des sorties des STEP (Eaux usées traitées) et les stations de prélèvement situées au niveau des Oueds (cours d’eau) et des rejets des eaux usées (sans traitement).

Pour mieux couvrir les principales sources de pollution des côtés de la Méditerranée marocaines, le réseau de surveillance MED POL comprend à présent 25 stations (cours d’eau, rejets des eaux usées et rejets des SETPs) permettant ainsi la surveillance des eaux et sédiments.

Deuxième volet : Programme de Surveillance et d’Evaluation intégrées du milieu marin (IMAP)

Ce Programme permettra une analyse quantitative intégrée de l'état de l'environnement marin et côtier et fournira la base d'une évaluation solide du Bon Etat Ecologique (BEE) de la Méditerranée et ce, en se basant sur 27 indicateur communs (IC), répartis sur 11 Objectifs Ecologiques (OEs), englobant à la fois la pollution, les déchets marins, la biodiversité, les espèces non-indigènes, le littoral et l’hydrographie.

Le Programme MED POL du PAM, dont la Coordination au niveau nation est assurée par le LNESP, est en charge de la mise en œuvre des IC relatifs au OE liées à l’eutrophisation (OE5), les contaminants (OE9) et les déchets marins et côtiers (OE10).

Au niveau national, Le Programme IMAP sera limitée à sept indicateurs IC des OE5, OE9 et OE10, à savoir :

OE IC Désignation
OE5
"Eutrophisation"
IC 13 Concentration d’éléments nutritifs clés dans la colonne d’eau
IC 14 Concentration en Chlorophylle-a dans la colonne d’eau
OE9
"Contaminants"
IC 17 Concentration des principaux contaminants nocifs mesurée dans la matrice pertinente (biote, sédiments, eau de mer)
IC 18 Niveau des effets de la pollution des principaux contaminants dans les cas où une relation de cause à effet a été établie
IC 21 Pourcentage de relevés de la concentration d’entérocoques intestinaux se situant dans les normes instaurées
OE10
"Déchets Marins"
IC 22 Tendances relatives à la quantité de déchets répandus et/ou déposés sur le littoral (y compris l’analyse de leur composition, leur distribution spatiale et, si possible, leur source
IC 23 Tendances relatives à la quantité de déchets côtiers dans la colonne d’eau, y compris les microplastiques et les déchets reposant sur les fonds marins

Le réseau susmentionné contribuera à la mise en œuvre de ce programme au niveau national, dont l’exécution sera opérée suivant deux phases :

  • Phase 1 : Concerne l’ensemble des paramètres identifiés pour les IC des OE5, OE9 et OE10, et sera limitée stations situées au niveau des côtes.
  • Phase 2 : Elargir la surveillance des IC des 3 OE, aux stations identifiées par les radiales au niveau du large de la mer

Plan de surveillance des POPs

Contexte

En vertu de la Convention de Stockholm et dans le cadre du projet mondial de surveillance des POPs, et plus précisément dans la région africaine, le LNESP coordonne les activités de ce projet au niveau national avec les partenaires concernés (voir liste ci-dessous).

Ce projet, mené par la Branche Chimique du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) en collaboration avec certains pays africains, dont le Maroc, a été approuvé par le Fonds pour l’Environnement Mondiale (FEM) en 2015. Il vise essentiellement la surveillance des POPs dans les matrices : Eau, Air et lait maternel, au niveau des pays partenaires et le renforcement des capacités des laboratoires de ces pays en la matière.

Objectifs du projet

Les objectifs du projet se déclinent en deux objectifs principaux à savoir :

Des objectifs globaux

  • Mettre en œuvre le Plan Mondial de Surveillance (GMP) pour les Polluants Organiques Persistants (POP), en vertu de l'article 16 de la Convention de Stockholm sur l'évaluation de l'efficacité de génération de données fiables sur les concentrations des Polluants Organiques Persistants dans les matrices lait humain, air les matrices et d'intérêt national majeur (Eau, Sédiment) ;
  • Renforcement des capacités nationales pour mettre en œuvre le Plan mondial de surveillance des POP ;
  • Elaborer un plan de surveillance durable pour les POP pour la région de l'Afrique.

Des objectifs spécifiques

  • Améliorer la compréhension de l'exposition humaine aux polluants organiques persistants par l’analyse de la matrice lait ou sang humain ;
  • Développer les connaissances par rapport au transport des POPs via l’eau et l’air ambiant, y compris les tendances spatiales et temporelles au niveau national, régional et mondial ;
  • Renforcer les capacités des laboratoires par des essais de rendement et des inter-calibrations pour l’amélioration des leurs compétences en termes d’échantillonnage et d’analyses des POPs.

Livrables

Un rapport national représentant les résultats des différentes activités relatives à l’échantillonnage, prélèvement et analyses des POP dans l’air, le lait maternel et les matrices d'intérêt national majeur (Eau et sédiment) a été établi dans le cadre de ce projet. Une base de données regroupant l’ensemble des informations collectées et analyses effectuées contribuera à l’élaboration de plans, national et mondial, de surveillance des POPs.

Partenaires

LNESP, INH, ONEE-BE, LOARC, LARATES, INRH, CNESTEN, CNRST

Echéancier prévisionnel de réalisation

Décembre 2016 - Avril 2021

Evaluation de la qualité de l'air ambiant

Le Programme National de Surveillance de la Qualité de l’Air représente une composante clé du Plan National de l’Air, dont les objectifs sont :

  • Généraliser la mise en place de réseaux de surveillance de la Qualité de l’Air (QA) au niveau de toutes les régions en vue d’atteindre 140 stations à l’horizon 2030 ;
  • S’informer sur l’état de la qualité de l’air au niveau des agglomérations ;
  • Informer les autorités locales et les décideurs afin d’entreprendre les mesures nécessaires en matière de lutte contre la pollution de l’air ;
  • Sensibiliser la population aux risques liés à la pollution de l’air ;
  • Constituer des bases de données et établir des prévisions sur la qualité de l’air.

Ce programme est mené suivant une approche partenariale, dont les principaux partenaires sont :

  • Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement (FM6E) ;
  • Ministère de l’Intérieur /DGCT ;
  • Direction Générale de la Météorologie ;
  • Régions.

Le Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution coordonne la gestion du Réseau National de Surveillance de la Qualité de l’Air (RNSQA) et ce, conjointement avec les Observatoires Régionaux de l’Environnement et de Développement Durable (OREDD) relevant des Directions Régionales de l’Environnement ; et aussi en collaboration avec la Direction Générale de la Météorologie ; et dispose également de deux unités mobiles lui permettant d’évaluer la qualité de l'air ambiant.

Les stations de surveillance du RNSQA et les unités sont équipées de matériels de haute technologie capables de mesurer en continu les principaux polluants de l’air ambiant, notamment :

  • Analyseur de dioxyde d’azote (NO2)
  • Analyseur de dioxyde de soufre (SO2)
  • Analyseur de monoxyde de carbone (CO)
  • Analyseur d’Ozone (O3)
  • Analyseur des MPS

Les données de mesures sont stockées dans des systèmes d’acquisition, transférées au serveur central du Département de l’Environnement, puis gérées par des systèmes et logiciels informatiques et par la suite traitées et validées par une équipe spécialisée en la matière.

La surveillance de la qualité de l’air ambiant est réalisée conformément aux dispositions du décret n°2-09-286 du 8décembre 2009, ayant fixé les normes de qualité de l’air et les modalités de surveillance de l’air et aussi à l’arrêté y afférent qui a fixé les seuils d’information, les seuils d’alerte et les mesures d’urgence pour l’amélioration de la qualité de l’air.

Programme Atlantique Pol

Contexte

Le littoral atlantique marocain est aujourd’hui, un espace complexe, très diversifié, en profondes mutations et en perpétuelles transformations. Doté d’un linéaire côtier d’environ 2 900 km, soit 82% du littoral national, se développant sur la façade maritimes atlantique, le littoral marocain occupe une place privilégiée au niveau de l'ensemble du pourtour littoral du continent africain. Il est reconnu aujourd’hui par tous, comme une richesse collective, un patrimoine commun vital et fragile, soumis à des pressions accrues, notamment sur certaines portions du territoire.

Le littoral atlantique marocain subit actuellement une pression urbaine considérable. Il concentre les agglomérations urbaines les plus importantes du pays et principalement au niveau du tronçon côtier Kénitra -Safi. Il représente un important pôle d’attraction pour différentes activités touristiques, industrielles et commerciales…, et fait l’objet d’une forte spéculation foncière et un lieu d’urbanisation anarchique provoquant non seulement la dégradation des zones côtières mais également la pollution des sites.

Ainsi, et vue sa fragilité d’une part, et les phénomènes de pollution qui le menacent d’autre part, le milieu littoral atlantique nécessite une surveillance continue des sources de pollution qui l’affectent, afin de préserver ses ressources naturelles inestimables pour les générations futures, d’où l’engagement du Département de l’Environnement par le biais du Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution qui dans le cadre de ses activités pour l’année 2018, a entamé un programme d’évaluation et de contrôle de la pollution tellurique domestique et industrielle au niveau du tronçon côtier Kénitra -Safi dans une première phase et qui sera suivi par un programme complémentaire pour couvrir toute la zone atlantique.

Objectifs du projet

Le programme ATLANTIQUE-POL vise à surveiller toutes les sources (ponctuelles et diffuses) de pollution et évaluer la charge de pollution atteignant la côte atlantique. Il sera consacré à l’identification de l’état des lieux en procédant à la caractérisation physico-chimique et l’évaluation des niveaux de contamination par les métaux lourds des principaux effluents et apports telluriques naturels qui convergent vers l’océan atlantique.

Pour ce faire, des stations de prélèvement ont été localisées au niveau des principaux apports et des campagnes d’échantillonnage ont été réalisées au niveau de 34 stations. Ces stations de suivi ont été identifiées de façon à être représentatives, en se basant sur les critères suivants :

  • Etre une source probable d’une pollution tellurique ;
  • Mieux exposé aux éventuels phénomènes de perturbation du milieu ;
  • Amène pour les opérations d’échantillonnage.

C’est dans cette attention que le LNESP a effectuée entre l’année 2018 et 2020, cinq campagnes de prospections, de prélèvements et d’analyses d’échantillons d’eau et de sédiments au niveau des trois régions de la zone côtier Kenitra –Safi à savoir, Rabat-Salé-Kenitra (8 sites), Grand Casa-Settat (18 sites) et Marrakech-Safi (8 sites).